Aller au contenu

Homéopathie

Médecine écologique et électromagnétique. Une médecine de terrain pour mieux équilibrer, prévenir et traiter naturellement vos maladies.

Fondée par Samuel Hahnemann au XIXème siècle et sans cesse évolutive depuis, elle est une des branches de la médecine électromagnétique de demain : 40% des français ont utilisé une fois dans leur vie l’homéopathie ; une proportion toujours plus grande de patients dans le monde se tournent vers cette médecine de terrain, écologique et efficace.

L’homéopathie dérange parce qu’avec les limites de plus en plus nombreuses des traitements allopathiques, de plus en plus de patients se tournent vers elle pour soigner leur asthme, eczéma, infections ORL ou urinaire à répétition, dystonie neurovégétative.., anxiété, dépression.. etc.

C’est une médecine de 200 ans, la première médecine expérimentale bien avant celle de Claude Bernard, et dont les dernières recherches confirment qu’elle est bien une médecine électromagnétique.

Si les financeurs laissaient aux chercheurs conventionnels le soin de passer de la chimie moléculaire du XIXème siècle à la chimie électromagnétique du XXIème siècle, la médecine de demain serait davantage électromagnétique que chimique.
Pourquoi vouloir refuser que les cellules puissent communiquer entre elles par des signaux électromagnétiques alors que nous l’acceptons et l’utilisons pour notre vie quotidienne : téléphone «cellulaire», radio, télévision, wifi, GPS ? Nous sommes environnés sans le voir et le sentir d’un électrosmog qui soit dit en passant n’est pas aussi inoffensif que cela.

La chimie électromagnétique n’exclut pas la chimie moléculaire, elle la complète.

Ainsi, l’homéopathie, en régulant au mieux votre terrain personnel, redonne à votre corps des informations qui lui manquaient et lui permettent d'emprunter le chemin de la guérison. Je rappelle que l’on peut traiter grâce à l'homéopathie, aussi bien une pathologie aigue qu'une maladie chronique.

L’homéopathie n’est pas un traitement du cancer, des infarctus, et des maladies nécessitant une chirurgie ; En revanche, associée à ces traitements elle permet d’en prévenir ou diminuer les effets secondaires et souvent de potentialiser leurs effets bénéfiques.