Aller au contenu

N'ayez plus d'arthrose !

L'arthrose n'est pas une fatalité. C'est faux de dire qu'à part les anti-inflammatoires puis la prothèse il n'y a rien à faire. Cet article vous donnera les solutions naturelles pour prévenir et guérir l'arthrose et vos douleurs.

L’arthrose touche 10 millions de personnes en France (17% de la population).

Il s’agit de la première cause d’incapacité fonctionnelle pour les personnes de plus de 40 ans.

Il y a une grande fatalité concernant l'arthrose.

C'est normal. depuis des centaines de milliers d'années, les êtres humains ont integré l'usure de leur cartilage comme une évidence et une fatalité contre laquelle on ne peut rien.

J'ai eu la chance d'aller travailler plusieurs fois comme médecin dans un petit hôpital en Équateur à 4000m d'altitude.  Là y vivent les Indiens quechua dans une pauvreté et un dénuement que nous avons peine à imaginer.  La mauvaise alimentation, le froid, l'humidité, l'absence de chauffage dans leurs cases en terre cuite et au toit de chaume entraînent une dégénérescence des hanches et des genoux, facilitée par le travail pénible et difficile de la terre.  Eh bien figurez-vous que ces pauvres Indiens qui n'ont pas de quoi se payer les tarifs du chirurgien et de la prothèse  (jusque dans les années 2005 il n'y avait pas encore de sécurité sociale en Équateur), ces pauvres indiens finissaient par "gatear" c'est-à-dire marcher à quatre pattes comme des enfants sur le pas de leur porte ! Car leur hanches et leurs genoux, détruits par l'arthrose leur donnaient tellement de douleurs et d'incapacité qu'ils ne pouvaient plus marcher debout et on finissait pas les retrouver tous gémissants, passer leur journée à quatre pattes assis devant le pas de leur porte. Spectacle désolant pour un médecin.

Tout cela pour dire que, hormis les 50 dernières années dans les pays occidentaux, la plupart des habitants se sont habitués de génération en génération à cette arthrose qui était vécue comme une fatalité.

Mais je puis vous dire que l'arthrose n'est pas une fatalité. Une bonne hygiène de vie, une alimentation saine et des compléments qui protègent le cartilage permettent de limiter son usure et sa destruction.

Le but du bon médecin n'est-il pas d'empêcher à tout prix le recours au chirurgien ? Même si les chirurgiens, qui sont des hommes de l'art extraordinaires savent remplacer des articulations détruites, ce qui est un progrès fabuleux, le but du médecin est de faire tout son possible pour empêcher la destruction de l'articulation et donc in fine le recours au chirurgien.

Nous occidentaux, sommes gâtés, car en cas de destruction de l'articulation nous pouvons aller voir des chirurgiens très compétents, et changer notre articulation par une prothèse artificielle toute neuve et sans risque.  Et tout cela pris en charge par la collectivité ! Il faut que les Français reconnaissent là la leur chance et leur privilège. Que nous avons là quand même, malgré toutes les critiques, un système de santé fabuleux, qui permet aux paysans comme au chef d'entreprise d'avoir une prothèse prise en charge par la collectivité, aussi bien à Paris qu'au fin fond de la Creuse.

Qu'est ce que l'arthrose ?

L'arthrose est une maladie dégénérative. C'est la dégénérescence progressive du cartilage.

Le cartilage articulaire est un tissu conjonctif en perpétuel renouvellement grâce à l'action des chondrocytes qui construisent et détruisent la matrice en permanence.

Le cartilage est l'amortisseur de l'articulation.

Son usure entraîne des chocs répétés qui vont petit à petit abîmer l'os, le déformer et rendre douloureuse et impotente l'articulation. Sur cette arthroscanner que j'ai réalisé moi-même en 2010, vous pouvez voir (à gauche) en blanc une petite fissure comme un coup d'ongle dans le cartilage articulaire (le cartilage est noir aux rayons X car il les laisse passer, alors que l'os qui absorbe une grande partie des rayons X apparait blanc) de la facette rotulienne, premier stade de l'usure du cartilage.

Au stade ultime de l'arthrose, sur ce cliché de droite montrant une articulation de la hanche gauche, on voit la tête du fémur qui normalement est ronde, totalement déformée aplatie et qui vient appuyer sur le cotyle du bassin, ce qui entraîne les douleurs et l'impossibilité de fléchir la hanche et de marcher normalement.

Dans l'arthrose, pour éviter le recours aux anti-inflammatoires, aux infiltrations et aux prothèses, voici ce qu'il faut faire :

1/ éviter l'alimentation pro inflammatoire qui favorise l'arthrose : excès de viande rouge (plus 2-3 fois par semaine), de produits laitiers de vache (plus 2-3 fois par semaine), de fritures et du sucre blanc.

2/ consommer régulièrement les aliments qui protègent et nourrissent votre cartilage : peau des poissons qui contient du collagène, bouillons avec leurs os qui apportent du collagène et de la silice, noix, sardines et maquereaux qui apportent les graisses anti-inflammatoires.

3/ Corriger toutes désequilibre architectural à l'origine d'hyperpression sur vos articulations. C'est la raison pour laquelle, on pratique des échographies aux nouveau-nés pour dépister la subluxation congénitale de la hanche (pas si rare) qui si elle est corrigée pendant les quatre premiers mois de la vie permet d'éviter l'arthrose à 30 ans.

4/ Faire du sport de façon mesurée car on sait très bien que les grands sportifs professionnels (football, rugby, ski, trails...) ont des usures articulaires précoces du à l'hyper sollicitation de leurs articulations. Je suis bien placé car j'ai exercé pendant 20 ans la radiologie en milieu rural de montagne et ai constaté l'usure précoce des ménisques chez les skieurs de compétition.

5/ Garder dans la mesure le plus possible vos ménisques car le ménisque, en forme de C ou de O empêchent le cartilage du fémur rond de glisser sur le cartilage plat du tibia et protègent ainsi ses cartilages de frottements à répétition et éxagérés amenant à leur usure précoce. Ainsi il faut essayer de traiter le plus possible médicalement (traitement conservateur)  toutes les douleurs et les lésions méniscales et ne recourir au chirurgien pour l'exérèse partielle ou totale du ménisque qu'en cas d'échec de toutes les techniques médicales et naturelles pour soigner les ménisques. Car le recours exagéré aus méniscectomies (ablation du ménisque) dans les années 80-90 à montré 20 ans plus tard une augmentation très signifiacative de l'arthrose chez ceux qui n'avaient plus de ménisque para rapport à ceux qui l'avaient conservé.

6/ Prendre le complément suivant FLEXIDOCTA pour apporter à votre cartilage tous les micronutriments nécessaires à son entretien et à sa réparation.

Si vous avez peu d'arthrose, je vous conseille de faire une cure de trois mois.

Par contre, si votre arthrose est évoluée faite une cure d'un an. Au bout d'un an, vous refaites une radiographie ou vous faites un bilan fonctionnel de vos douleurs et vous juger avec éventuellement mes conseils s'il faut continuer ou non.


FLEXIDOCTA est le complètement naturel du Docteur Trotta pour régénérer les cartilages usés dans l'arthrose et les douleurs articulaires.

Il participe également à la régénération des ménisques et des disques intervertébraux.

Sa composition riche et étudiée permet de nourrir de façon naturelle le cartilage, les ménisque, les disques pour diminuer leur usure, les régénérer et éviter ainsi au maximum l'aggravation de l'arthrose et ses conséquences ultimes : l'impotence fonctionnelle puis la prothèse chirurgicale.

UTILISATION

Pilulier de 60 gélules . Triatement pour 1 mois

Les conseils du Dr Trotta :

Traitement de fond de l'arthrose : cure de trois mois à renouveler 2-3 fois dans l'année

2 gélules par jour.
Soit 2 au petit déjeuner (si vous avez peur d'oublier celle du soir)
Soit une au petit déjeuner et une au diner.

Traitement de la crise aiguë inflammatoire d'arthrose :

- Harpagophytum TM (teinture mère) : 80 gouttes matin et soir pendant 2 mois,
à renouveler 2 mois plus tard si récidive des douleurs

- Cuivre oligosol : une ampoule trois fois par jour sous la langue pendant 15 jours

- Gel antidouleur ANTIDOLTA en massage sur l'articulation douloureuse pour faire passer la crise plus rapidement.

3 massages par jour au début

puis espacer à 1 massage par jour en fonction de la diminution des douleurs et de la reprise de la mobilité.

Gel antidouleur +++efficace et qui soigne la douleur naturellement et favorise par sa silice l'elasticité de vos articulations, tendons et ligaments.

 A utiliser sur toute articulation douloureuse.

 

COMPOSITION

Voici la composition riche et étudiée de FLEXIDOCTA qui permet de nourrir de façon naturelle vos cartilages, ménisques, et disques intervértébraux. 

Le collagène : la base, la résistance à la traction et l'endurance du cartilage

Le cartilage contient un réseau très serré de fibres de collagène essentiellement de type II.
Le collagène de type II est une molécule à triple hélice.
Sa forme donne au cartilage sa résistance à la traction et son endurance.
Le collagène est donc indispensable pour le maintien d'articulations en bon état.

A partir de 30 ans ou avec la pratique intensive d'une activité physique, sa synthèse diminue.
Vers 60 ans, l'organisme a perdu environ un tiers de son collagène et sa synthèse par les chondrocytes devient très lente. Cette usure s'appelle l'arthrose : c'est un amincissement progressif de l'épaisseur du cartilage. Qui se manifeste par des douleurs, une limitation des mouvements puis une déformation de l'articulation.
Plus le cartilage s'amincit, plus l'os a tendance par réaction à augmenter la surface de portance en créant des petites constructions osseuses qu'on appelle des "ostéophytes" et qui sont responsables des déformations bien visibles d'abord sur les doigts, (nodules d'Heberden et de Bouchard), puis sur les genoux qui deviennent trop gros et déformés.

Le collagène quant à lui n'étant pas apporté par l'alimentation (sauf dans les bouillons d'os de poulets, peau des poissons et crevettes), il est nécessaire d'avoir recours à la prise au long cours d'un supplément de collagène de type II, en général à de faibles doses, pour réduire le gonflement et la sensibilité des articulations.

La prise orale de collagène peut parfaitement être couplée avec celle de sulfate de chondroïtine et de glucosamine afin de potentialiser son effet puisque ces deux dernières substances sont utilisées par l'organisme pour attirer l'eau et synthétiser des protéoglycanes et des glycosaminoglycanes dans la matrice du cartilage.

Plusieurs nutriments essentiels à la biosynthèse du cartilage peuvent également être pris simultanément comme le silicium, l'acide hyaluronique ou encore la vitamine C.

Glucosamine et chondroïtine

Les chondrocytes sains synthétisent normalement chondroïtine et glucosamine à partir du glucose des aliments au terme de plusieurs réactions biochimiques. En cas d’arthrose, les chondrocytes même bien alimentés en glucose ne parviennent plus à accomplir correctement leur tâche. De plus, la production par l’organisme de ces deux substances diminue progressivement avec l’âge.

La Glucosamine et la chondroitine permettent de fabriquer des protéoglycanes qui ont la propriété de retenir l'eau dans le cartilage. Ainsi un cartilage mieux hydraté sera plus souple. Ces protéoglycanes sont en quelque sorte l'huile de "l'amortisseur cartilage" qui fonctionnera mieux sans grincements ni douleurs. Moins de protéoglycanes, c'est donc un cartilage moins souple, plus dur et qui aura tendance à se fissurer et s'user plus rapidement.
L’association glucosamine-chondroïtine est plus efficace que pris seuls séparément.

Nutritionnal Dr TROTTA a préféré associer au collagène la Glucosamine , la chondroïtine , l'harpagophytum, du silicium et toutes les autres vitamines car la plupart des études sont controversées sur l'utilisation seule de la glucosamine et/ou de la chondroïtine.
Or mieux vaut une bonne synergie qu'une concentration élevée d'un élément unique. Dans la nature les molécules et les aliments agissent en synergie et jamais de manière isolée (c'est le principe de la médecine chimique qui synthétise des molécules uniques et qui explicent les effets secondaires de ces molécules prises isolément sans synergie ou antidote).

 

Harpagophytum : c'est l'anti-inflammatoire naturel par excellence.

Par définition et je suis bien placé en tant que radiologue pour le savoir, l'arthrose est douloureuse.
Les patients viennent faire des radiographies ou des I.R.M. car ils ont mal. sinon ils ne viendraient pas. Fort de mon expérience de diagnostic pendant 20 ans de toutes les arthroses, j'ai donc décidé de le joindre dans ce complément anti-arthrosique de d'Harpagophytum pour diminuer petit à petit les douleurs des articulations et éviter ainsi la prise d'anti-inflammatoires artificiels qui finissent par "trouer" l'estomac et sont nocifs pour les reins.
Ce n'est qu'en cas de crise aiguë douloureuse, qu'il faudra adjoindre à FLEXIDOCTA de
l'Harpagophytum en teinture mère
du cuivre oligosol
De l'ANTIDOLTA en massage sur l'articulation douloureuse pour faire passer la crise plus rapidement.

 

Silicium : c'est le constituant majeur favorisant l'élasticité de tous les tissus de soutien dont le cartilage.

Sans silice pas de souplesse ni de flexibilité.
Le silicium a 2 propriétés fondamentales :
1/ c'est la base du tissu conjonctif
2/ il a des propriétés électriques
Le silicium est fortement présent dans les tissus de soutien du cartilage : collagène, élastine et protéoglycanes.
Le silicium grâce à ses propriétés électriques relie ces chaînes entre elles et permet ainsi de réguler la viscosité du cartilage.

La concentration de silicium est maximale chez le nourrisson et le petit enfant. La nature fait bien les choses car l'enfant quand il apprend à marcher tombe plusieurs centaines de fois par jour et ne se casse jamais grâce à sa souplesse due à sa concentration maximale en silicium.
Mais cette concentration de silicium baisse surtout à partir de 40 ans et devient infime chez le vieillard qui a la moindre chute peut se casser le col du fémur, les vertèbres ou le poignet.
De plus, en vieillissant, il y a une diminution de l'absorption du silicium apporté par l'alimentation.
Donc l'apport de silicium à partir de 40 ans permet de nourrir le cartilage et de prévenir son usure.
Quand l'arthrose est installée, la prise quotidienne de petites quantités de silicium permet de favoriser la régénérescence du cartilage.

Vitamine D : la vitamine de nos os !

Un déficit en Vitamine D est responsable du rachitisme dans l'enfance, de l'ostéoporose après la ménopause mais aussi de l'arthrose.
Une équipe de chercheurs australiens a passé en revue la littérature médicale depuis 1980 jusqu'à nos jours pour examiner s'il y avait un lien entre déficit en vitamine D et l'arthrose.
Pour l'arthrose du genou, il semble que le déficit en vitamine D accélère fortement la progression de l'arthrose en contribuant à la destruction du cartilage.
De plus cette vitamine est peut-être celle le plus souvent en carence.
L'apport quotidien d'une petite dose de vitamine D permet donc non seulement de retonifier vos os et vos articulations, mais aussi votre immunité.

Vitamine E : c'est la vitamine antioxydante.

Elle prévient le vieillissement.
Sa prise quotidienne permet de réduire les douleurs dues à l'arthrose.

Vitamine C :

Vitamine antioxydante, qui associée au calcium dont l'absorption sera favorisée par la vitamine D, réduit les douleurs d'arthrose.

Gluconate de cuivre : anti-inflammatoire naturel.

Cet oligo-élément joue un rôle essentiel pour les articulations.
Le cuivre diminue l'inflammation et augmente la quantité d'antioxydants. De plus, il favorise la réparation du cartilage. Il est donc utile tant en prévention qu'en traitement de l'arthrose.
Cet oligo-élément a montré qu'il réduisait la douleur de 30 % dès le premier mois et jusqu'à 50 % au bout de 4 mois. Or il possède l'avantage d'être bien toléré par l'estomac, ce qui n'est pas forcément le cas des anti-inflammatoires couramment utilisés contre l'arthrose.

Gluconate de manganèse : oligo-élément indispensable à la fabrication du cartilage.

Les propriétés du manganèse sur l’ostéoporose et l’arthrose ont été observées lors d’études où il était administré avec d’autres substances : calcium, cuivre et zinc dans l’ostéoporose ; chondroïtine sulfate et glucosamine dans l’arthrose. La synergie de ces éléments dans FLEXIDOCTA favorise donc l'efficacité du manganèse dans la protection, la fabrication et la réparation du cartilage.

Gluconate de zinc :

Il a un grand effet bénéfique chez les rhumatisants, en diminuant les douleurs.
Car il favoriserait la synthèse des prostaglandines anti-inflammatoires.
Son association avec la vitamine C est synergique et permet de diminuer les doses de médicaments anti-inflammatoires artificiels aux multiples effets secondaires.

 

 

  • ANTI-ARTHROSE

    FLEXIDOCTA est le complètement naturel du Docteur Trotta pour régénérer les cartilages usés dans l'arthrose et les douleurs articulaires. Participe également à la régénération des ménisques et des disques intervertébraux.

  • PACK ARTHROSE 1 mois

    Ce pack d'1 mois permet de débuter le traitement de l'arthrose : c'est votre premier traitement naturel. Pour diminuer la douleur, augmenter la souplesse de vos articulations et mieux nourrir vos cartilages.